L'Affaire Jean Moulin. Trahison ou complot ?

L'Affaire Jean Moulin. Trahison ou complot ?

Dans la nuit du 4 au 5 février 1983, Klaus Barbie, l’ancien chef de la Gestapo de Lyon, est extradé de la Bolivie vers la France. Son arrivée réveille quelques spectres, dont l’affaire Jean Moulin. Depuis l’arrestation du résistant à Caluire, le 21 juin 1943, la plaie est restée ouverte : 'l’unificateur de la Résistance' a-t-il été victime d’une trahison, d’un complot? Deux procès impliquant René Hardy ont échoué à faire la lumière. Le résistant a été acquitté chaque fois sur le fil. Quarante ans plus tard, Me Vergès, l’avocat de Barbie, cria haut et fort que Moulin avait été livré par des membres de Combat, le mouvement d’Henri Frenay, auquel appartenait aussi Hardy et son ami Pierre de Bénouville, parce qu’ils le jugeaient trop proche des communistes. Introduit à cette affaire par une amie de Moulin, Antoinette Sachs, et guidé dans son dédale par un autre membre de Combat, Claude Bourdet, Jacques Gelin a d'abord enquêté en journaliste dans les coulisses du procès Barbie, en 1986 et 1987. Puis il a rencontré tous les acteurs, nombreux à l'époque à être encore en vie. Enfin, il a découvert de nouveaux témoins et des documents inédits. Au terme de ce travail étalé sur plus de vingt ans, il apporte des réponses concluantes sur la culpabilité de Hardy et ses mobiles possibles. Moulin était soupçonné d’être un 'cryptocommuniste', voire un agent soviétique, par certains résistants, qui redoutaient une prise de pouvoir des 'rouges' à l'occasion du débarquement allié, jugé imminent au printemps de 1943. Les opérations d’intoxication mises en place par les Alliés et leurs relais pour couvrir leurs opérations en Sicile et en Corse avaient convaincu ces résistants de la réalité du débarquement en métropole. Le sacrifice de Moulin a-t-il été la conséquence ultime de cette conjonction? Telle est la grave question que pose l'ouvrage.

Book details

Reviews

No reviews have been written for this book.

You will also like