Lettres à la NRF (1928-1970)

Lettres à la NRF (1928-1970)

Jean Giono et la NRF entament leur dialogue en 1928. Jean Paulhan vient de lire le manuscrit de Colline et a fait part de son enthousiasme à Gaston Gallimard. L’éditeur cherche aussitôt à s’attacher cet auteur prometteur, alors sous-directeur d’une agence de crédit à Manosque. Mais le jeune homme est déjà lié par contrat à Bernard Grasset, qui a pris une option sur ses trois premiers livres. Qu'importe! Gaston Gallimard lui demande de s’engager avec la NRF pour les œuvres suivantes : "Je tiens à vous réserver un peu à l'avance votre place dans notre maison." Le Grand Troupeau est ainsi le premier des romans de Giono à paraître chez Gallimard, en 1931. L’écrivain se partage alors entre les deux maisons, avant que la relation avec la NRF ne devienne plus exclusive.

Cette correspondance retrace l’histoire éditoriale de la révélation puis de la confirmation d’un rare génie littéraire. L’œuvre de Giono y apparaît dans son projet et dans sa variété, de l’époque du Chant du monde à celle des "Chroniques" – "histoire familière d'un pays" –, sans omettre le grand cycle romanesque de l’après-guerre autour de la figure d’Angelo, le hussard piémontais. Giono se révèle être aussi un lecteur insatiable, dont l’intérêt s’étend de Machiavel à la Série Noire, de William Faulkner au roman japonais du Genji.

Si quelques nuages en obscurcissent parfois le climat, ces lettres témoignent d’une grande proximité entre l'écrivain de Manosque et l’éditeur parisien. L’amitié y tient une place centrale, tant avec la famille Gallimard qu’avec Louis-Daniel Hirsch, le directeur commercial très éclairé de la NRF.

"J’aime vous lire", écrit simplement Gaston Gallimard à Jean Giono le 3 mars 1952. C’est la première vérité de cette correspondance, baignée d’un naturel dévouement et de la plus sincère admiration.

Book details

About the author

Jean Giono

Jean Giono est né le 30 mars 1895 à Manosque en Haute-Provence. Son père, italien d’origine, était cordonnier, sa mère, repasseuse. Après des études secondaires au collège de sa ville natale, il devient employé de banque jusqu’à la guerre de 1914, qu’il traverse comme simple soldat. En 1919, il retourne à la banque. En 1920, il épouse une amie d’enfance, Élise. Ils auront deux filles, Aline et Sylvie. Lorsqu’en 1930 la banque qui l’emploie ferme sa succursale de Manosque et lui offre une situation ailleurs, il choisit de rester dans sa ville, et de quitter tout à fait la banque pour la littérature. Il fut aussi historien et scénariste. Dans l’œuvre de Giono, la nature tient une grande place. Il a toujours aimé les arbres. Quand il était petit, il allait se promener en compagnie de son père. Tous deux emportaient dans leurs poches des glands qu’ils plantaient dans la terre à l’aide de leur canne, en espérant qu’ils deviendraient de superbes chênes. Jean Giono est mort le 9 octobre 1970.

Reviews

No reviews have been written for this book.

You will also like