Après l'équateur

Après l'équateur

"J'allais aux putes autrefois, par crainte de la solitude. Le genre humain s'emboîte de la même façon, à Dakar, Manille ou Londres ; l'amour physique enseigne qu'on est de la même famille. Après nos nombreuses nuits de noces, avec Marisa, on parla d'engagement à perpétuité lors de mon dernier voyage à Salvador. C'était à l'époque des eaux de mars, lorsque l'été dégringole en averses ; une vraie débâcle. Après le déluge, l'été ne revient plus."

Détails du livre

Commentaires

Il n'y pas encore de commentaire pour ce livre.

Vous aimerez aussi