Le vin blanc de la Villette

Le vin blanc de la Villette

"Bénin disait à Broudier : - On pourrait boire une chopine à l'Ambassade. L'Ambassade leur plaisait par sa situation, par son intimité avec le port et par son éloignement d'avec tant de choses de ce monde. Leur âme s'y sentait à l'aise. La salle ne manquait jamais ni d'un débardeur, ni d'un charbonnier, ni d'un éclusier, ni d'un camionneur, ni d'un cocher d'omnibus, ni même d'un buveur qui ne fût rien que cela. -L'Ambassade, disait Bénin, m'aide à comprendre l'immortalité. La conversation ne souffrait pas de la mobilité des causeurs. Un propos commencé avec un charbonnier, il n'était pas rare qu'on le poursuivît avec un second charbonnier, sans presque s'apercevoir que le premier avait quitté la salle pour rejoindre sa péniche ou son attelage. Bénin et Broudier n'avaient jamais trouvé un tel goût au vin blanc."

Détails du livre

À propos de l'auteur

Jules Romains

Né le 26 août 1885 à Saint-Julien-Chapteuil (Haute-Loire), élève de l'École normale supérieure, Louis Farigoule enseigne en province jusqu'en 1919. Membre actif des congrès des Pens-Clubs avant guerre, il s'exile en Amérique de 1940 à 1946. Son œuvre abondante de romancier, de dramaturge et de journaliste expose sa conception unanimiste du monde et vise à composer la fresque à la fois généreuse et tragique de son époque. Élu à l'Académie française en 1946, il meurt le 14 août 1972 à Paris.

Commentaires

Il n'y pas encore de commentaire pour ce livre.

Vous aimerez aussi

EPUB PDF

EPUB PDF

EPUB PDF