Né Marcus Rotkovitch à Dvinsk dans l’Empire russe, Mark Rothko (1903-1970) émigre à l’âge de dix ans aux États-Unis. Il emporte avec lui son éducation talmudique ainsi que les souvenirs des pogroms et des persécutions de son enfance. Mais l’expérience du déracinement ou les stigmatisations contre lesquelles il dut naviguer dans son pays d’accueil deviennent les moteurs de la subversion esthétique portée dans ses tableaux : dès 1950, il est célébré comme un pionnier de l’abstraction. Mais l’artiste poursuit sa recherche : la Rothko Chapel, inaugurée en 1971 à Houston (Texas) et conçue comme lieu de méditation en prise sur les débats politiques de son temps, reste sans doute son œuvre la plus aboutie. En nouant des alliances créatives avec artistes, mécènes et commissaires ayant l’immigration en partage, Rothko creuse un sillon cosmopolite dans les États-Unis des sixties aux prises avec leurs propres démons. Annie Cohen-Solal nous donne à voir ici toutes les facettes de cet artiste majeur du XXe siècle qui fut aussi un intellectuel engagé, passionné par la transmission, et dont la dimension spirituelle reste ancrée dans la richesse de sa propre histoire.

Détails du livre

À propos de l'auteur

Annie Cohen-Solal

Commentaires

Il n'y pas encore de commentaire pour ce livre.

Vous aimerez aussi