Poèmes de Morven le Gaélique

Poèmes de Morven le Gaélique

"La poésie de Morven, c'est d'abord une poésie incarnée. Monologues, dialogues, chansons qui conservent toutes les inflexions de la voix humaine, le débit, la coupe de phrases, la tournure d'esprit vive et imagée des Bretons de Cornouaille, ces effusions brèves et ces violences brisées, ces sautes de passion et ces interpellations railleuses, tendres ou indignées : quelle intensité de vie et quelle bonhomie! On se croirait à l'aurore du XVIe siècle. Nous sommes en pleine pâte humaine, dans un réseau de cris, de cadences, de rythmes et d'images, qui enserre autant de petits drames d'un raccourci frémissant. Ce mariage du lyrisme et de la bonhomie s'est consommé très rarement dans les lettres françaises. Villon, La Fontaine, Verlaine, Apollinaire, font un bien petit troupeau. Quoique leur pair, Max Jacob, juif et breton, ne pouvait ressembler à aucun d'eux, mais rien ne les rapproche peut-être davantage que ce fond d'humeur très mystérieux dont Max eut pleine conscience : "La gaîté, surtout la triste, est le feu divin."" Julien Lanoë.

Détails du livre

À propos de l'auteur

Max Jacob

Né le 12 juillet 1876 à Quimper, Max Jacob se lie avec Apollinaire et Picasso par qui il est introduit dans la bohème montmartroise dont il demeure l'une des figures les plus originales. Converti au catholicisme, son mysticisme s'accroît avec la guerre. Arrêté le 24 février 1944, il meurt le 5 mars au camp de Drancy.

Commentaires

Il n'y pas encore de commentaire pour ce livre.

Vous aimerez aussi